Blog

À la une

Le rôle fondamental des cellules souches dans le corps

Définition d’une cellule souche.

Les cellules souches sont des cellules qui ont la capacité unique à se multiplier et à se transformer – se différencier- en d’autres types de cellules. Tous les autres types de cellules du corps sont des cellules dites somatiques et différenciées, car elles ont chacune un rôle défini et précis à jouer et ne peuvent pas se transformer. Quelques exemples, le rôle d’une cellule cardiaque est de se contracter. Le rôle d’une cellule pancréatique est de produire de l’insuline. Une cellule gustative identifie les saveurs présentes dans les aliments. Une cellule intestinale absorbe les nutriments pour que ceux-ci soient disponibles dans les tissus. Les cellules souches sont situées majoritairement dans la moelle osseuse et n’ont pas d’autre rôle que de se transformer en d’autres types de cellules.

Le rôle naturel des cellules souches.

Au début des années 2000, des chercheurs avaient observé que des cellules souches du sang avaient la capacité de migrer au niveau du cerveau et de devenir des cellules du cerveau (Mezey E. et al., 2000). À la même époque, des observations similaires émergeaient, révélant que des cellules souches du sang avaient aussi la capacité de migrer au niveau du cœur et de devenir des cellules cardiaques (Orlic D. et al., 2001) ou au niveau du foie pour devenir des cellules hépatiques (Jang Y.Y. et al., 2004). La science traditionnelle des cellules souches adultes admettait à l’époque que les cellules souches de la moelle osseuse avaient la capacité de se transformer en cellules du sang strictement, étant les précurseurs des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes sanguines. L’idée communément admise était qu’elles n’avaient pas la capacité de se transformer en d’autres types cellulaires. Donc, ces observations étaient novatrices et en contradiction avec les connaissances de l’époque. Sur la base de ces données et d’autres données disponibles à l’époque, l’hypothèse publiée (Jensen G et Drapeau C, 2002) était que les cellules souches de la moelle osseuse pouvaient se transformer en pratiquement n’importe quelle cellule du corps et donc constituaient le système naturel de réparation du corps humain (figure 1). Cette hypothèse est devenue au fil des années, grâce à plusieurs centaines d’articles publiés soutenant fortement cette hypothèse, un fait établi (pour revue, Drapeau C., 2010 ; Drapeau C. et al., 2012).

Les cellules souches de la moelle osseuse peuvent se transformer en pratiquement n’importe quelle cellule du corps. Elles constituent le système naturel de réparation du corps humain.

Figure 1 : les cellules souches de la moelle osseuse peuvent se transformer en pratiquement n’importe quelle cellule du corps. Elles constituent le système naturel de réparation du corps humain.

Notre système naturel de réparation du corps : comment fonctionne-t-il ?

Chaque fois qu’une blessure ou une lésion au sein d’un tissu apparaît, celui-ci va libérer une première série de composés spécifiques, comme le G-CSF*. Ces molécules « signal » d’aide vont circuler migrer vers la moelle osseuse puis déclencher la libération de cellules souches de la moelle osseuse (figure 2). Durant les quelques jours qui suivent, une augmentation importante du nombre de cellules souches en circulation peut être observée. Ces cellules souches qui sont en circulation au niveau du sang ne savent pas quel est le tissu qui a fait appel à cette assistance (figure 2). Pour pouvoir identifier le tissu vers lequel elles doivent migrer, le tissu affecté, quelques jours après l’incident, va libérer une seconde génération de composés, comme le SDF-1**. Cette molécule de guidage va attirer et guider localement les cellules souches vers le tissu en besoin. Lorsqu’elles circulent dans les fins vaisseaux du tissu affecté, au contact de ces molécules de guidage, les cellules souches vont migrer dans le tissu affecté et au contact de débris cellulaires, elles vont se multiplier et se transformer en cellules du tissu local (figure 2). C’est par ce mécanisme que les cellules souches constituent le système de réparation naturel du corps humain (Drapeau C. et al., 2012).

Les cellules souches répondent ainsi aux 5 critères de définition d’un système. Un système du corps humain :

1. Est formé de tissus ou d’organes

2. Composé de cellules spécifiques

3. Qui agissent sur d’autres tissus et organes

4. Via une signalisation/un mécanisme d’action spécifique

5. En vue de favoriser un bon état de santé et la survie de l’organisme entier.

Le système naturel de réparation du corps humain est composé de cellules spécifiques, les cellules souches adultes, provenant majoritairement de la moelle osseuse, qui agissent sur d’autres tissus en étant mobilisées par des composés spécifiques (Leone et al., 2006) -, et en migrant à travers le tissu lésé, guidé par une seconde génération de composé spécifique (Swenson et al., 2008), puis en se multipliant et en se différenciant en tissu local. Ce mécanisme de réparation permet le renouvellement des tissus et organes du corps, en vue de maintenir la santé de l’organisme entier.*G-CSF : Granulocyte Colony-Stimulating Factor** SDF-1 : Stromal Cell-Derived Factor -1

Figure 2 : les différentes étapes permettant aux cellules souches de réparer les tissus en besoin. Suite à une blessure, le tissu lésé libère des composés déclenchant la libération des cellules souches de la moelle osseuse, qui vont circuler dans le sang pour y être distribuées au tissu en suivant des molécules de guidage produites par le tissu lésé. La cellule souche va migrer dans le tissu, se multiplier puis se différencier en tissu local.

Augmenter le nombre de cellules souches en circulation, une nouvelle approche thérapeutique.

L’aspect qui a été le plus étudié est le nombre de cellules souches en circulation. À blessure égale, les personnes présentant plus de cellules souches en circulation ont une meilleure capacité de réparation démontrée par exemple suite à un AVC ou une fréquence d’événements cardio-vasculaires plus faibles (Werner et al., 2005; Tsai et al., 2014). En effet, avoir plus de cellules souches en circulation signifie avoir plus de cellules souches disponibles pour la réparation des tissus.Donc suite à ces observations, le prélèvement de cellules souches d’un malade puis la réinjection de ces cellules ont démarré. La démarche a pour but d’augmenter le nombre de cellules souches en circulation. Après l’isolation des cellules souches de différentes sources, elles sont multipliées en laboratoire, puis réinjectées au patient. Une autre démarche plus physiologique consiste donc à augmenter la libération de nos propres cellules souches, nommée la mobilisation des cellules souches de la moelle osseuse. En augmentant le nombre de cellules souches en circulation, la capacité de ces différents tissus à se réparer est optimisée. L’évaluation de cette démarche a généré la publication de centaines d’articles scientifiques révélant le bénéfice d’augmenter le nombre de cellules souches en circulation dans le processus de réparation des tissus. Ces observations ont été réalisées sur une variété d’organes, comme par exemple le cœur (Leone et al., 2006 ; Orlic et al., 2001), ou le pancréas (Voltarelli et al., 2007); (revue Drapeau et al., 2012).

Les cellules souches sont responsables au quotidien du renouvellement des tissus.

À travers ces études, il est essentiel de noter cette observation. Le processus de réparation, c’est-à-dire celui décrit précédemment à savoir, un tissu affecté faisant appel à la libération de cellules souches qui sont ensuite guidées vers le tissu pour le réparer, ce phénomène se déroule tous les jours en quantité plus faible en l’absence de blessure, afin de renouveler les tissus. En effet, chaque organe et tissu se renouvelle à des vitesses différentes. Par exemple, l’intestin se renouvelle en 3-5 jours, le pancréas et le cœur en plusieurs années. Ainsi chaque jour, dû au vieillissement cellulaire et à de nombreux facteurs, des cellules abîmées, altérées ont besoin d’être remplacées par de nouvelles cellules. Ce renouvellement est également effectué par les cellules souches qui tous les jours sont libérées de la moelle osseuse et circulent dans le sang, migrant vers le tissu selon les besoins.

Vers une nouvelle définition du « maintien de la santé »

Cette nouvelle fonction des cellules souches génère ainsi une nouvelle définition du maintien en santé. Celle-ci serait en fait en partie un équilibre entre deux phénomènes qui se déroulent en continu au sein de notre organisme, la perte quotidienne de cellules d’un tissu, en parallèle de son renouvellement. Pour maintenir les tissus, le remplacement des cellules doit s’effectuer au même rythme que la perte cellulaire (figure 3 : cas 1). Si la perte cellulaire est plus rapide ou plus importante que le renouvellement des tissus, une dégénérescence du tissu et une perte progressive de fonction se mettent en place, conduisant à l’apparition de maladies (figure 3 : cas 2). Par exemple, une perte cellulaire au niveau du pancréas va progressivement conduire à une production d’insuline insuffisante ne permettant plus de réguler la glycémie, c’est-à-dire le taux de sucre dans le sang, conduisant à la l’apparition d’un diabète.=

StemEnhance Ultra de Cerule

StemEnhance Ultra de Cerule Ultra est composé de concentrés et d’extraits de «superaliments» naturels primitifs. Une combinaison unique des microalgues d’eau douce et macroalgues marines.  StemEnhance Ultra est le fruit d’années d’identification, de recherche, et d’extraction de composés grâce à l’utilisation de technologies exclusives et brevetées.

StemEnhance Ultra est composé de concentrés et d’extraits de «superaliments» naturels primitifs. Une combinaison unique des microalgues d’eau douce et macroalgues marines. StemEnhance Ultra est le fruit d’années d’identification, de recherche, et d’extraction de composés grâce à l’utilisation de technologies exclusives et brevetées. Le mélange de StemEnhance et de fucoÏdane offre une synergie unique qui est renforcée par Mesenkine™. Un extrait inédit de spiruline isolé grâce à notre procédé d’extraction breveté.StemEnhance Ultra est le résultat de plus de 15 ans de recherche et constitue le produit de bien-être le plus efficace et scientifiquement validé sur le marché aujourd’hui.

Quels sont les ingrédients dans StemEnhance Ultra?

►L’Aphanizomenon flos-aquae (AFA) est une algue bleu-vert qui pousse à l’état naturel dans le Lac Klamath dans le sud de l’Oregon. L’algue bleu-vert est la première source de vie sur terre et de ce fait symbolise la durabilité et la longévité. Elle apporte au corps une gamme complète de micronutriments et de composés nutraceutiques. Cerule utilise un extrait de la partie intracellulaire de l’AFA. C’est-à-dire par un procédé de centrifugation et de filtration, afin de produire le StemEnhance.

►L’Arthrospira platensis aussi connue sous le nom de spiruline, est tout comme l’AFA une algue bleu-vert. Elle apporte une gamme variée de micronutriments et de composés spécifiques dont un composé jaune à faible poids moléculaire. Des recherches en cours ont révélé que ce composé aiderait à mobiliser la source de bien-être.

►L’Undaria pinnatifida est connu en cuisine japonaise sous le nom de wakamé. L’Undaria pinnatifida est une algue brune communément appelée fougère de mer. Bien qu’elle pousse dans plusieurs régions du monde, le wakamé utilisé dans le StemEnhance Ultra provient des mers de Patagonie et de Tasmanie connues pour la pureté de leurs eaux. Cerule utilise un fucoÏdane purifié à plus de 85%.

CARACTÉRISTIQUES ET BÉNÉFICES

L’AFA est une algue bleue verte de la famille des cyanobactéries. Elle pousse à l’état naturel au sein du Lac Klamath dans le sud de l’Oregon. Au cœur d’une région volcanique et d’un parc naturel préservé. Le Lac Klamath constitue un écosystème unique riche en sédiments et minéraux, propice à la croissance de l’algue. Elle offre une gamme complète de macronutriments et micronutriments (Pietri A. M.,2011). En effet, elle est composée de plus de 50% de protéines, et d’environ 8% de fibres par exemple. Elle est riche également en micronutriments.

L’AFA est une algue bleue verte de la famille des cyanobactéries.  Elle pousse à l’état naturel au sein du Lac Klamath dans le sud de l’Oregon. Au cœur d’une région volcanique et d’un parc naturel préservé.  Le Lac Klamath constitue un écosystème unique riche en sédiments et minéraux, propice à la croissance de l’algue.  Elle offre une gamme complète de macronutriments et micronutriments (Pietri A. M.,2011).  En effet, elle est composée de plus de 50% de protéines, et d’environ 8% de fibres par exemple. Elle est riche également en micronutriments.
L’algue Klamath (AFA)

Elle est source de :

  1. 20 acides acides aminés dont 10 essentiels, caractérisé par un profil idéal étant donné les apports journaliers recommandés .
  2. 60 minéraux et oligoéléments, notamment elle se distingue par sa richesse en calcium (6mglg), et en fer (de 0,32mg/g) .
  3. 14 vitamines, dont les vitamines B1, B2 , B12 particulièrement.

Elle apporte également de multiples antioxydants tels que les caroténoides, le lycopène, et la chlorophylle et contient également de la PhenylEthylAmine (PEA). Cette molécule est naturellement produite par le corps en cas d’émotions positives. Enfin, le StemEnhance est cliniquement testé pour mobiliser votre source de blien-être (Jensen et al., 2007). Le mécanisme d’action de l’extrait enrichi spécifiquement en molécules actives à fait l’objet de plusieurs publications et brevets.

Le wakamé, Undaria pinnatifida, est une algue très populaire au Japon, en Chine et en Corée pour ses attraits culinaires et médicinaux. Cette algue brune se cueille en hiver et au printemps, et apprécie les eaux fraîches de l’océan Atlantique. Cette algue contient en grande quantité des acides gras tels que l’oméga-3 qui aide à promouvoir le bon cholestérol et la santé cardiovasculaire. On trouve également de la vitamine A, B1, B2, B3, B6, B12, C, du sodium, du fer, du calcium, de la thiamine, des protéines, des oligo-éléments (iode). Le wakamé est un puissant antioxydant grâce à la fucoxanthine qu’il contient. Il s’agit d’un pigment caroténoïde donnant au wakamé sa couleur brunâtre. Il contrôle également le processus de photosynthèse, transformant la lumière en énergie. Ces effets antioxydants en font l’allié de la lutte contre le cancer, la dégénérescence de la peau et des cheveux, et un atout pour la santé.

Le wakamé, Undaria pinnatifida, est une algue très populaire au Japon, en Chine et en Corée pour ses attraits culinaires et médicinaux.
Le wakamé

L’Adhrospira platensis aussi connue sous le nom de spiruline, appartient, tout comme I’AFA, à la catégorie des micro-algues bleues-vertes. Elle pousse dans différentes régions ensoleillées du monde comme les Etats-Unis, la Grèce, l’Espagne, le Japon et l’lnde (Karkos et al., 2011). Elle apporte une gamme variée de mâcro et micronutriments. Sa richesse nutritionnelle en protéines et vitamines est utilisée traditionnellement depuis plus de 10 ans en tant que supplémentation à travers le monde. EIle est également riche en certains acides gras polyinsaturés, et en antioxydants comme certains composés phénoliques (Finamore et al., 2017).La spiruline est traditionnellement reconnue pour son effet immunostimulant dù à la présence de plusieurs polysaccharides. Ces derniers stimulent certains types de cellules immunitaires, en particulier les macrophages et les cellules NK (Natural Killer), qui constituent la première ligne de défense du système immunitaire (Wu et al., 20’16). Un composé jaune à faible poids moléculaire nommé Mesenkine à été découvert et dont le procédé d’extraction et de fabrication à été breveté par Cerule. Les recherches en cours ont révélé que ce composé aiderait à mobiliser votre source de bien-être.

Informations d’achat

Acheter

The fundamental role of stem cells in the body

Definition of a stem cell.


Stem cells are cells that have the unique ability to multiply and transform – differentiate themselves – into other types of cells. All other types of cells in the body are so-called somatic and differentiated cells, because they each have a definite and precise role to play and can not be transformed. Some examples, the role of a cardiac cell is to contract. The role of a pancreatic cell is to produce insulin. A taste cell identifies the flavors present in food. An intestinal cell absorbs nutrients so that they are available in the tissues. Stem cells are mainly located in the bone marrow and have no other role than to transform into other types of cells.

 Stem cells are cells that have the unique ability to multiply and transform - differentiate themselves - into other types of cells. All other types of cells in the body are so-called somatic and differentiated cells, because they each have a definite and precise role to play and can not be transformed. Some examples, the role of a cardiac cell is to contract. The role of a pancreatic cell is to produce insulin. A taste cell identifies the flavors present in food. An intestinal cell absorbs nutrients so that they are available in the tissues. Stem cells are mainly located in the bone marrow and have no other role than to transform into other types of cells.

The natural role of stem cells.


In the early 2000s, researchers had observed that blood stem cells had the ability to migrate to the brain and become brain cells (Mezey E. et al., 2000). At the same time, similar observations emerged, revealing that blood stem cells also had the ability to migrate to the heart and become cardiac cells (Orlic D. et al., 2001) or at the level of the liver to become hepatic cells (Jang YY et al., 2004). The traditional science of adult stem cells admitted at the time that bone marrow stem cells had the ability to transform themselves into blood cells strictly, being the precursors of red blood cells, white blood cells and platelets. The common idea was that they did not have the capacity to transform themselves into other cell types. So these observations were innovative and contradictory to the knowledge of the time. Based on these and other available data at the time, the published hypothesis (Jensen G and Drapeau C, 2002) was that bone marrow stem cells could be transformed into virtually any cell in the body. body and therefore constituted the natural system of repair of the human body (Figure 1). This hypothesis has become over the years, thanks to several hundred published articles strongly supporting this hypothesis, an established fact (for review, Drapeau C., 2010, Drapeau C. et al., 2012).

Figure 1: Bone marrow stem cells can be transformed into virtually any cell in the body. They constitute the natural system of repair of the human body.

Figure 1: Figure 1: Bone marrow stem cells can be transformed into virtually any cell in the body. They constitute the natural system of repair of the human body.

Our natural body repair system: how does it work?

Whenever a tissue injury or injury occurs, it will release a first set of specific compounds, such as G-CSF *. These « signal » help molecules will circulate to migrate to the bone marrow and then trigger the release of stem cells from the bone marrow (Figure 2). During the next few days, a significant increase in the number of circulating stem cells can be observed. These stem cells that are circulating in the blood do not know which tissue has used this assistance (Figure 2). To be able to identify the tissue to which they must migrate, the affected tissue, a few days after the incident, will release a second generation of compounds, such as SDF-1 **. This guide molecule will attract and guide the stem cells locally to the tissue in need. When they circulate in the thin vessels of the affected tissue, in contact with these guiding molecules, the stem cells will migrate into the affected tissue and in contact with cellular debris, they will multiply and transform into cells of the local tissue (Figure 2). It is through this mechanism that stem cells constitute the natural repair system of the human body (Drapeau C. et al., 2012).

Stem cells thus meet the criteria for defining a system. A system of the human body:

  1. Is formed of tissues or organs
  2. Specific cell compound
  3. Which act on other tissues and organs
  4. Via a specific signaling / mechanism of action
  5. In order to promote a good state of health and the survival of the whole organism.

The natural system of repair of the human body is composed of specific cells, adult stem cells, mainly from the bone marrow, which act on other tissues by being mobilized by specific compounds (Leone et al., 2006), and migrating through the injured tissue, guided by a second generation of specific compound (Swenson et al., 2008), then multiplying and differentiating into local tissue. This repair mechanism allows the renewal of the tissues and organs of the body, in order to maintain the health of the whole organism. * G-CSF: Granulocyte Colony-Stimulating Factor ** SDF-1: Stromal Cell-Derived Factor -1

Figure 2: The different steps that allow the stem cells to repair the tissues in need. Following an injury, the injured tissue releases compounds that trigger the release of bone marrow stem cells, which circulate in the blood to distribute to tissue following guiding molecules produced by the injured tissue. The stem cell will migrate into the tissue, multiply and then differentiate into local tissue.

Increase the number of circulating stem cells, a new therapeutic approach.


The aspect that has been studied most is the number of circulating stem cells. At equal injury, individuals with more circulating stem cells have better demonstrated ability to repair, for example, following a stroke or a lower frequency of cardiovascular events (Werner et al., 2005, Tsai et al. 2014). Indeed, having more stem cells in circulation means having more stem cells available for tissue repair. As a result of these observations, the collection of stem cells from a patient and reinjection of these cells started. The goal is to increase the number of circulating stem cells. After isolating stem cells from different sources, they are multiplied in the laboratory and then reinjected into the patient. Another more physiological approach is to increase the release of our own stem cells, called bone marrow stem cell mobilization. By increasing the number of circulating stem cells, the ability of these different tissues to repair themselves is optimized. The evaluation of this approach has resulted in the publication of hundreds of scientific articles revealing the benefit of increasing the number of circulating stem cells in the tissue repair process. These observations were made on a variety of organs, such as the heart (Leone et al., 2006, Orlic et al., 2001), or the pancreas (Voltarelli et al., 2007); (Drapeau et al. magazine, 2012).

Stem cells are responsible for daily tissue renewal.


Through these studies, it is essential to note this observation. The repair process, that is to say the one previously described namely, an affected tissue involving the release of stem cells which are then guided to the tissue to repair it, this phenomenon takes place every day in more quantity. low in the absence of injury, to renew the tissues. Indeed, each organ and tissue is renewed at different speeds. For example, the bowel is renewed in 3-5 days, the pancreas and the heart in several years. Thus every day, due to cellular aging and many factors, damaged, damaged cells need to be replaced by new cells. This renewal is also performed by stem cells that are released daily from the bone marrow and circulate in the blood, migrating to the tissue as needed.

Towards a new definition of « maintaining health »


This new function of stem cells thus generates a new definition of health maintenance. This would be in part a balance between two phenomena that occur continuously in our body, the daily loss of cells of a tissue, in parallel with its renewal. To maintain the tissues, cell replacement must occur at the same rate as cell loss (Figure 3: Case 1). If cell loss is faster or more important than tissue turnover, tissue degeneration and progressive loss of function take place, leading to the onset of disease (Figure 3: Case 2). For example, a loss of cells in the pancreas will progressively lead to insufficient insulin production that will no longer regulate blood sugar, that is to say, the level of sugar in the blood, leading to the appearance of a diabetes =

StemEnhance Ultra of Cerule

StemEnhance Ultra of Cerule

StemEnhance Ultra is composed of concentrates and extracts of primitive natural « superfoods ». A unique combination of freshwater microalgae and marine macroalgae. StemEnhance Ultra is the result of years of identifying, researching, and extracting compounds through the use of proprietary and patented technologies. The blend of StemEnhance and fucoidane offers a unique synergy that is enhanced by Mesenkine ™. An unprecedented extract of spirulina isolated through our patented extraction process.StemEnhance Ultra is the result of more than 18 years of research and is the most effective and scientifically validated wellness product on the market today.

What are the ingredients in StemEnhance Ultra?

►Aphanizomenon flos-aquae (AFA) is a blue-green algae that grows naturally in Klamath Lake in southern Oregon. The blue-green alga is the first source of life on earth and therefore symbolizes durability and longevity. It provides the body with a full range of micronutrients and nutraceutical compounds. Cerule uses an extract from the intracellular portion of AFA. That is, by a centrifugation and filtration process, to produce the StemEnhance.

►Arthrospira platensis, also known as spirulina, is just like AFA a blue-green algae. It provides a diverse range of micronutrients and specific compounds including a low molecular weight yellow compound. Ongoing research has revealed that this compound would help mobilize the source of wellbeing.

►Undaria pinnatifida is known in Japanese cuisine as wakame. Undaria pinnatifida is a brown seaweed commonly known as sea fern. Although it grows in many parts of the world, the wakame used in StemEnhance Ultra comes from the Patagonian and Tasmanian seas known for the purity of their waters. Cerule uses more than 85% purified fucoidan.

StemEnhance Ultra is composed of concentrates and extracts of primitive natural "superfoods"

CHARACTERISTICS AND BENEFITS


AFA is a green blue algae of the cyanobacteria family. It grows naturally in Klamath Lake in southern Oregon. In the heart of a volcanic region and a preserved natural park. Klamath Lake is a unique ecosystem rich in sediments and minerals, conducive to the growth of algae. It offers a full range of macronutrients and micronutrients (Pietri A. M., 2011). Indeed, it is composed of more than 50% of proteins, and about 8% of fibers for example. It is also rich in micronutrients.

AFA is a green blue algae of the cyanobacteria family. It grows naturally in Klamath Lake in southern Oregon. In the heart of a volcanic region and a preserved natural park.
The Klamath algae (AFA)

It is source of:


20 amino acids including 10 essential, characterized by an ideal profile given the recommended daily intake.
60 minerals and trace elements, especially it is distinguished by its high calcium (6mglg), and iron (0.32mg / g).
14 vitamins, including vitamins B1, B2, B12 especially.
It also provides multiple antioxidants such as carotenoids, lycopene, and chlorophyll and also contains PhenylEthylAmine (PEA). This molecule is naturally produced by the body in case of positive emotions. Finally, StemEnhance is clinically tested to mobilize your source of blien-être (Jensen et al., 2007). The mechanism of action of the extract enriched specifically in active molecules has been the subject of several publications and patents.

Wakame, Undaria pinnatifida, is a very popular seaweed in Japan, China and Korea for its culinary and medicinal attractions. This brown seaweed is picked in winter and spring, and enjoys the cool waters of the Atlantic Ocean. This alga contains a lot of fatty acids such as omega-3 that helps promote good cholesterol and cardiovascular health. Vitamin A, B1, B2, B3, B6, B12, C, sodium, iron, calcium, thiamine, proteins, trace elements (iodine) are also found. Wakame is a powerful antioxidant thanks to the fucoxanthin it contains. It is a carotenoid pigment giving wakame its brownish color. It also controls the process of photosynthesis, transforming light into energy. These antioxidant effects make it an ally against cancer, degeneration of the skin and hair, and an asset for health.

Wakame, Undaria pinnatifida, is a very popular seaweed in Japan, China and Korea for its culinary and medicinal attractions.
The wakamé

Adhrospira platensis, also known as spirulina, belongs, like the AFA, to the blue-green microalgae category. It grows in different sunny regions of the world such as the United States, Greece, Spain, Japan and India (Karkos et al., 2011). It brings a varied range of chewing and micronutrients. Its nutritional richness in proteins and vitamins has been used traditionally for more than 10 years as a supplementation throughout the world. It is also rich in certain polyunsaturated fatty acids, and in antioxidants like certain phenolic compounds (Finamore et al., 2017). Spirulina is traditionally known for its immunostimulant effect due to the presence of several polysaccharides. The latter stimulate certain types of immune cells, particularly macrophages and NK (Natural Killer) cells, which constitute the first line of defense of the immune system (Wu et al., 20’16). A low molecular weight yellow compound named Mesenkine has been discovered and its extraction and fabrication process has been patented by Cerule. Ongoing research has revealed that this compound would help mobilize your source of wellbeing.

Adhrospira platensis, also known as spirulina, belongs, like the AFA, to the blue-green microalgae category. It grows in different sunny regions of the world such as the United States, Greece, Spain, Japan and India (Karkos et al., 2011).
Arthrospira platensis or spirulina

Purchase information

Buy